Géint Gewalt u Kanner - Contre toute violence envers les enfants

Aller au contenu

Menu principal

Impact de la violence

Conséquences immédiates de la violence
 

Répercussions de la violence
Le vécu de la violence directe et indirecte dans l'entourage proche a toujours des conséquences sur le développement des enfants et des adolescents. Vivre la violence signifie pour tout être humain une atteinte importante du sentiment de sa propre sécurité, et cela a des conséquences énormes, tant pour la santé physique aussi bien que mentale. Les enfants et les adolescents vivent la violence d'une façon très menaçante et existentielle, vu que durant leur développement, ils ont besoin d'être protégé et sécurisé par les adultes.
Les conséquences sont d'autant plus graves, lorsque la violence émane de personnes proches.
Ces expériences peuvent causer de graves troubles et maladies psychiques (p.ex.: trouble de stress post-traumatique, troubles de la personnalité, la toxicomanie, la dépression).

Des réactions immédiates à la violence:
- réactions de choc, la solidification ("einfrieren"),
- ne plus rien entendre, ne plus être réceptif,
- l'anxiété, la panique,
- crier,
- appel à la mère ou le père, (appel à la personne de confiance)
- pleurs prolongés,
- s'accrocher à une personne / soignant,
- la défense, se cacher, se défendre à coups de poings et à coups de pieds,
- confusion,

Répercussions à moyen et à long terme:
- le retrait, l'isolement,
- perte de confiance de base,
- perte d'espoir intérieur,
- la perte du respect pour la mère et le père (ou personne de référence),
- manque d'initiative, il n'y a plus d'envie de jouer,
- humeur dépressive,
- anxiété sévère,
- se cramponner à la mère ou à la personne de référence,
- refus d'affection,
- stagnation du développement,
- régression, c'est-à-dire le retour à un stade antérieur du développement (p.ex.: l'énurésie, baby talk),
- troubles du sommeil, échec scolaire, troubles de la concentration,
- faire l'école buissonnière,

Effets à long terme et dommages permanents après avoir vécu de la violence:
- maladies physiques ou psychosomatiques graves,
- destruction de l'attitude positive de la vie,
- mépris du propre sexe,
- mépris de soi-même,
- rejet des relations sociales,
- peur de se lier,
- répétition du même type de relation,
- justification et déni des événements,
- suicide,
- effets spécifiques à un sexe:
- plus fréquents chez les filles:
  - incertitude,
  - le retrait,
  - l'automutilation,
  - angoisses,
  - éviter les contacts,
- plus fréquents chez les garçons:
  - acceptation de la violence,
  - comportement dominant,
  - dévaluation des filles et des femmes, mépris à l'égard des filles et des femmes,
  - agression sexuelle,
  - augmentation de l'agression,
  - les comportements violents et les rituels de menaces,

Retourner au contenu | Retourner au menu