Géint Gewalt u Kanner - Contre toute violence envers les enfants

Aller au contenu

Menu principal

Trouble dissociatif de l'identité (TDI)

Conséquences à long terme
 

La base du trouble dissociatif de l'identité est formée par un traumatisme grave vécu dans la toute petite enfance.
Ce moment-là est considéré étant le début de la séparation dans de différentes parties de la personnalité. Les enfants concernés sont exposés de manière accrue aux dangers et à l'humiliation, et ne peuvent s'y échapper.
Etant donné que les auteurs sont des parents proches, et qu'ils exigent des enfants de ne jamais en parler en les menaçant, les enfants n'appellent pas à l'aide. Afin de pouvoir supporter cette situation, les individus séparent l'événement réel de la conscience, et s'imaginent hors situation. Ainsi se crée le trouble dissociatif de l'identité. Ce processus se produit inconsciemment et ne peut être contrôlé.
Afin de survivre le traumatisme répété, les individus se divisent en deux ou plusieurs identités. Chaque identité prend en charge certaines fonctions dans des situations respectives, et peut réapparaître dans une situation semblable.

"On ne devient une personnalité multiple que dans des conditions très spécifiques: vous devez avoir été exposé, très tôt, très longtemps, à de nombreuses tortures physiques et sexuelles, sans qu'il y ait eu une seule personne de confiance sécurisante. Ce n'est qu'en ce moment-là, que le cerveau pourra éventuellement réaliser cet exploit de produire plusieurs "personnes" et "personnages intérieurs", au lieu d'un seul "soi-même"."
(extrait du livre: "Viele sein - Ein Handbuch", de Michaela Huber)

Trouble dissociatif de l'identité (TDI)
:
Auparavant appelé personnalité multiple, il est caractérisé par la présence de deux ou plusieurs identités ou "états de personnalité" distincts qui prennent tour à tour le contrôle du comportement du sujet, s'accompagnant d'une incapacité à évoquer des souvenirs personnels. Cette incapacité est trop importante pour s'expliquer par une mauvaise mémoire.

Critères diagnostiques:
A. Présence de deux ou plusieurs identités ou "états de personnalité" distincts (chacun ayant ses modalités constantes et particulières de perception, de pensée et de relation concernant l'environnement et soi-même).
B. Au moins deux de ces identités ou "états de personnalité" prennent tour à tour le contrôle du comportement du sujet.
C. Incapacité à évoquer des souvenirs personnels importants, trop marquée pour s'expliquer par une simple mauvaise mémoire.
D. La perturbation n'est pas due aux effets d'une substance ou d'une affection médicale générale. N.B. chez l'enfant, les symptômes ne peuvent pas être attribués à des jeux d'imagination ou à l'évocation de camarades imaginaires.

Le trouble dissociatif de l’identité se montre en une incapacité d’intégrer différents aspects de l’identité, de la conscience et de la mémoire. Chaque état de personnalité peut disposer d’une histoire personnelle, d’une image de soi et d’une identité distincte avec un nom différent. D’habitude, une identité primaire existe et porte le nom de la personne. Celle-ci est normalement passive et dépendante, a des sentiments de culpabilité et un penchant à la dépression. Les identités changeantes ont souvent des noms et caractères différents qui sont en contraste avec l’identité primaire (p.ex. ils sont hostiles, exercent du contrôle et sont autodestructeurs). Certaines identités spécifiques peuvent surgir lors de circonstances spéciales et se différencier par rapport à l’âge communiqué, le sexe, la langue, les connaissances générales ou la disposition dominante. Les identités changeantes sont expérimentées en prenant le contrôle pour certaines parties de la vie au détriment des autres; elles peuvent dénier les autres, être critiques par rapport à eux ou être en conflit avec eux. Selon l’organisation du système, une ou plusieurs identités fortes peuvent attribuer du temps de contrôle aux autres. Les identités agressives ou hostiles peuvent parfois interrompre des activités ou entraîner les autres dans des situations désagréables.
Les personnes avec ce trouble ont souvent des trous de mémoire dans leur histoire personnelle, aussi bien pour des événements antérieurs qu’actuels. L’amnésie ne concerne souvent pas toutes les identités de la même manière. Les identités passives ont plutôt des souvenirs plus restreints que les identités "protectrices" contrôlantes qui ont des souvenirs plus complets. Il est possible qu’une personnalité qui n’exerce pas le contrôle actuellement parvienne à gagner l’entrée à la conscience à l’aide d’hallucinations visuelles ou auditives (p.ex. une voix qui donne des instructions).
Des preuves d’amnésies peuvent être mises en évidences par des récits des autres, qui ont remarqué le comportement que la personne concernée nie (p.ex. trouver des vêtements à la maison sans que la personne puisse se rappeler les avoir achetés). Il est possible qu’en plus des pertes de mémoire pour certaines périodes de temps, une grande partie où toute la partie des souvenirs biographiques de l’enfance soit manquante. Les changements entre les différentes identités sont souvent déclenchés lors de situations de stress psychosocial. D’habitude le changement d’une d’identité à l’autre est de l’ordre de secondes; plus rarement, le changement se fait graduellement. Le nombre d’identité rapporté peut atteindre entre deux et plus que 100. La moitié des cas rapportés concerne dix identités ou moins.

Troubles et caractéristiques associés:
Il y a certaines descriptions et troubles psychologiques caractéristiques associés au TDI. Les personnes concernées rapportent souvent l’expérience d’abus physiques et sexuels graves principalement lors de leur enfance. L’exactitude de ces rapports est controversée puisque les souvenirs de l’enfance peuvent être altérés et les personnes atteintes du TDI ont tendance à être facilement hypnotisables et sont réceptives aux suggestions. D’autre part, les personnes coupables d’abus physique ou sexuel ont tendance à nier ou à cacher leurs comportements.

Les personnes atteintes du TDI peuvent présenter des symptômes du trouble de stress post-traumatique (p.ex. cauchemars, flash-back, réactions d’alerte) ou d’être atteintes du TSPT. Ceci peut inclure un comportement automutilant, suicidaire et agressif. Certaines personnes expérimentent des relations récurrentes incluant abus physique et sexuel. Les différentes identités peuvent présenter des symptômes de conversion (p.ex. des attaques pseudo) ou des facultés inhabituelles de contrôle de douleurs ou d’autres symptômes physiques. Les personnes atteintes du TDI peuvent également présenter des symptômes d’autres troubles, tels que le trouble de l’humeur, un trouble lié à une substance, un trouble sexuel, un trouble des conduites alimentaires ou un trouble du sommeil. Le comportement automutilant, l’impulsivité et des changements abrupts et intenses lors de relations peuvent en même temps suggérer le diagnostic du trouble de la personnalité limite (borderline).

Sources:
- PsychoMédia: Quels sont les troubles dissociatifs?  http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=3871
- International Society for the Study of Dissociation

Retourner au contenu | Retourner au menu